Réagir (0)EnvoyeriCalPartager

samedi 25 février 2017 à 20h

« vous désirez ? » une conférence gesticulée du collectif les Cent Culottes au sujet du consentement.

Samedi 25 février à 20H au Haut-Fay

On espère que vous serez nombreux et nombreuses à venir voir ce spectacle.

« Vas-y, ressers-lui un verre, j'ai vraiment envie de me la faire ce soir ! » « Sérieux, tu vas quand même pas me laisser sur la béquille après t'être frotté.e à moi toute la soirée ?! » « Allez, s'il te plaît… j'ai vraiment envie… Qu'est-ce que t'as, tu m'aimes plus, c'est ça ? » « Mais si tu bandais/mouillais, c'est bien que tu en avais envie ! C'est pas ça un viol ! » « Ouais enfin, t'as vu comment elle était habillée aussi… ? »

Ces phrases-là, tu les as déjà entendues, dites, ou pensées ? Alors il est temps de parler sexe, culture du viol et consentement ! Et pour ça, rien de tel qu'une conférence gesticulée !

En articulant des « savoirs chauds », c'est-à-dire notre vécu, nos expériences personnelles, qui prennent la forme de récits de tranches de vie, et des « savoirs froids », c'est-à-dire des études académiques ou des réflexions théoriques (sociologie, anthropologie, etc), on obtient un mélange détonnant s'adressant à la fois au cœur, aux tripes et à la tête.
Et si on se disait que le consentement dans les rapports sexuels c'est comme d'autres interactions sociales ? Par exemple, quand on boit du thé avec quelqu'un-e, il ne nous viendrait pas à l'esprit de le forcer à en boire s'il/elle n'en veut pas, non ?
La tasse de thé, c'est la métaphore filée qui va nous accompagner tout au long de la conférence gesticulée pour illustrer que le consentement dans les relations sexuelles peut être aussi simple que de comprendre que l'on ne sert pas à boire à une personne sans s'assurer qu'elle est en état de boire, qu'elle a soif ou encore que le breuvage que vous lui proposez lui semble alléchant !

Gros bisous, A bientôt !

Source : http://zad.nadir.org/spip.php?article4347

Réagir

informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir